DEBUSSY RAVEL TOUS LES FRISSONS DES BOIS

DEBUSSY RAVEL TOUS LES FRISSONS DES BOIS

Ariettes oubliées, Mélodies populaires grecques et sonates pour violon et piano
LE SAMEDI 07/07/18 À 20H30
EGLISE ST-MARTIN, HERBLAY

16,00 € – Tarif adhérent Spiriades, chômeur, -18 ans
20,00 € – Tarif plein

Devenir Adhérent

Effacer

PROGRAMME

Claude Debussy
Sonate pour violon et piano
Ariettes oubliées (sur des poèmes de Paul Verlaine) pour Soprano et piano

Maurice Ravel
Mélodie populaires grecques pour soprano et piano
Sonate pour violon et piano

Emmanuelle Ifrah, soprano

Emmanuelle IFRAH débute le chant lyrique à l’âge de 16ans avec Norma Lopez, puis poursuit sa formation auprès de Martine Surais, Didier Henry, Brian Parsons Guy Flechter, et Isabelle Germain, puis auprès de personnalités telles que Sandrine Piau, Alain Garichot, Rosemarie Landry, Christian Immler et Mireille Delunsch.
Dotée d’une voix chaude, expressive et qui s’adapte à plusieurs styles, Emmanuelle est passionnée par les scènes d’opéras, un domaine qui marie selon elle la musique, le théâtre et le chant et dont l’intensité émotionnelle est d’une richesse absolue.
Elle joue le rôle de Monica dans The Medium de Menotti en 2006 et dans Les Bonheurs d'Offenbach au théâtre de la Cité Internationale des Arts, Ma Chambre enchantée au Théâtre de Nesle, (spectacles mis en scène par Francis Deschamps) en 2007 à Paris. Elle chante le soprano solo dans le Requiem de Fauré dans la Chapelle de Saint Germain L’Auxerrois en 2006.
En 2014 elle participe à une production de Castor et Pollux de Rameau avec le choeur du Concert d’Astrée, dirigé par Emmanuelle Haïm, et dans une mise en scène de Barrie Kosky à l'Auditorium de Dijon et à l’Opéra de Lille. Elle se produit à l’Amphithéâtre de l’Opéra de Lyon en 2015, lors d’un concert sur les jardins mystérieux. En 2016, elle chante Belinda dans Didon et Enée de Purcell avec l’Ensemble Nova à l’Amphithéâtre Jean Moulin à Lyon sous la direction de Florian Carré, mise en scène d’Amaya Dominguez.
Sollicitée par Béatrice Malleret en mars 2017, elle chante le soprano solo des Grands Motets de Rameau avec l’Ensemble Les Saisons à l’Eglise de Saint Germain des Près et Salle Gramont à Puteaux.
Elle sera artiste du choeur du Concert d’Astrée à l’Auditorium de Dijon dans la production de Pygmalion de Rameau et Amour et Psyché de Mondonville (cette production se rejouera en janvier 2019 à l’opera de Lille, en fevrier mars 2020 à l’opera de Caen et le Grand théatre du Luxembourg).
Elle sera également artiste du choeur dans la production des Indes Galantes de Rameau en septembre Octobre 2019 avec Cappella Mediterranéa à L’Opéra Bastille.

Isabelle Flory, violon

Par amitié pour Les Spiriades, elle exalta en juillet 2017 Jeune Fille et la Mort» avec son Quatuor Arpeggione, à l'église d'Herblay.
L'enfant, un violon à six ans dans les mains.

Discrétion, simplicité, douceur... «Comme Schubert, c'est l'innocence de l'enfance», dit d'elle Stéphane Spira, partenaire du jour.
La Jeune Fille. Détermination.
Pour confirmer ses dons, elle ne sut désobéir à son professeur : intégrer à 15 ans le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, en obtenir deux premiers prix: violon et musique de chambre... à 15 ans.
Et, dit-elle : «Je suis une lente»...
Elle l'affirma quatre ans dans les classes de perfectionnement à confirmer les portées pour les offrir un jour aux autres : parrainée par Sir Yehudi Menuhin, elle intègre la Fondation Menuhin sans concours et devient professeur à la Guildhall School of Music de Londres.
Dès 1982, elle crée à Paris l'Ensemble Arpeggione avec lequel elle réalise tournées et enregistrements dans l'Europe entière pour, enfin, donner naissance à son rêve, le Quatuor Arpeggione en 1988.
La Jeune Femme et la Vie. Exaltation.
A entendre sa voix décidée évoquer le «rubato» comme la liberté : d'être, de vivre, de plonger sous la mer, d'accepter à son détriment les rigueurs musicales russes trois ans durant, d'en souffrir et renaître par l'aide du Maître-à-Exister, Yehudi, «ange tombé du ciel, mystique, sensible à la personne qu'il sentait en toi» (interview d'Isabelle) qui dit au Conservatoire à leur première rencontre : «Laissez-la faire... ne la touchez pas !», on comprend pourquoi elle préféra dès sept ans, au lieu de prononcer des mots, interpréter des notes.
En 2017, pour Les Spiriades d'été, Isabelle a souhaité tenir son engagement et accomplir sa mission au temps où Nicolas, partenaire de vie et de musique, est parti. Hommage à l'Homme et au violon. Grâce lui soit rendue. La Jeune Fille et la Mort.
Elle avait déjà traversé l'émotion : Sir Yehudi Menuhin, son mentor, disparu la veille
même du dixième anniversaire du Quatuor au Théâtre des Champs Elysées, parrainait l'événement..
La force. La Femme. Condition d'Homme. Schubert, 31 ans.. Dieu ?...pour elle, la musique est une prière.

Stéphane Spira, piano

Sous une brume onirique, la Seine coule à dix pieds des fenêtres de sa maison.
L'ancienne maison du Passeur, celui du bac de La Frette, le long du parcours des Impressionnistes, d'Argenteuil à Auvers. Elle lui va comme un gant de chevreau, il en a le regard.
Passeur, il l'a d'abord vécu, passant ses mains à vingt ans du manche du violon au clavier du piano. Le violon lui avait apporté tôt des éloges, des médailles et des concerts...
Contre l'avis de tous, son père, ses pairs, ses Maîtres, l'attrait du piano est irrésistible... Il recommence l'étude, brûlant les étapes. Il n'a que 27 ans en 1992 quand il est diplômé d'Honneur du Concours International Maria Canals de Barcelone. Il entame alors des tournées de concerts en France, à l'étranger et jusque sur le Mermoz qui passe d'île en île, des plus lointaines aux Caraïbes..
La reconnaissance et l'éloge passent aussi : la presse spécialisée ou grand public -
Pianiste, Magazine, l'Express, La nouvelle République — remarquent et applaudissent : «Spira joue Chopin avec une authenticité peu fréquente alliant passion et virtuosité romantique dans une intimité expressive», N.G. Risso, Sinfonica. Son album solo enregistré en live «Voyage musical en terroirs de France» lui vaut en 2013 le label le choix de France Musique.
Passeur, il l'est pour coacher instrumentistes ou chanteurs, les aider à s'affirmer et définir le sens de carrières en devenir.
Le Passeur passionné, en sa maison de brume... Du chevreau ou du lièvre, il en a la douceur, le regard et la sensibilité. « Monter sur scène, c'est une épreuve ! » au point de fuir un jour les applaudissements pour une cigarette salvatrice quand le public rappelait. Il n'eut que le choix de revenir.
Dès 2007, Stéphane organise dans sa maison du Passeur des concerts, Les Spiriades, référence aux Schubertiades, qu'il transforme en 2014 en festival de musique pour promouvoir la création artistique.
Le violon, le piano. Schubert ! Troisième passage, à l'aube de la maturité du quinquagénaire.
Schubert, si riche, si pauvre, si isolé, sauf de ses amis... Schubert, mort à 31 ans.. Est-ce un hasard si Stéphane use des mêmes mots parlant d'Isabelle Flory ? Et-ce un hasard si, elle, dit de leur partage musical : «Ce qui se passe dans Schubert entre nous c'est presque miraculeux» ?

Le concert aura lieu dans :

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

0